Le Centre Hospitalier d’Arcachon : une vocation sanitaire riche de son histoire et de sa culture.

 

Le territoire de santé d’Arcachon-La Teste a connu depuis 150 ans un fort développement fondé notamment sur sa vocation sanitaire. Ainsi, la population de La Teste dispose déjà de l’Hôpital Saint-Aimé inauguré le 3 novembre 1849, quand la ville d’Arcachon est créée en 1857.

 

De 1857 à 1939, la situation médicale du secteur évolue suivant cinq axes :

  • La médecine balnéaire est pratiquée dans des établissements de bains, mais la balnéothérapie disparaît progressivement.
  • La médecine climatique : le climat arcachonnais est un climat marin atténué, sans brusque variation de température. Le climat apporte une nouvelle orientation médicale pour le traitement de la tuberculose avec un taux de guérison de 13 % à la veille de l'an 1914. Cette statistique porte sur des malades dont les familles peuvent régler les frais d’un séjour en villa ou en pension. Arcachon est alors érigée en station climatique le 14 juillet 1914.
  • La médecine de guerre : en 1914, s’ouvre au collège Saint-Elme un hôpital complémentaire de 150 lits réservés en priorité aux blessés et aux soins chirurgicaux. Il comptera jusqu’à 453 lits en 1918. Un autre hôpital s’ouvre à l’Asile Hospitalier du Boulevard Deganne et les deux casinos sont réquisitionnés comme structures hospitalières supplémentaires. Plusieurs dizaines de milliers de blessés de guerre seront ainsi soignés dans ces établissements complémentaires.
  • La médecine thermale : dès avril 1925, la Société thermale des Abatilles est constituée grâce à des actions, notamment souscrites par des Arcachonnais. L’établissement thermal est construit en 1928. Repris en piteux état en 1947, l’établissement a connu une période faste de dix ans avant de subir les effets de la concurrence des grandes marques dont l’une, la Société des Eaux de Vittel, finit par l’absorber en 1969 d’où la fermeture de l’établissement thermal en 1970 et l’agrandissement de la zone d’embouteillage.
  • La médecine de prévention : le préventorium Saint-Vincent de Paul est fondé en 1925 pour accueillir plus de 200 enfants. Il s’agit d’un quadrilatère de 500 m2 sur trois étages, situé en plein centre ville, entouré par le cours Lamarque, le cours Tartas, la rue Legallais et la rue des Trois Fontaines qui deviendra l’hôpital.

En 1978, le centre hospitalier est transféré sur le site Jean Hameau.

Le Centre Hospitalier d’Arcachon était implanté cours Tartas à Arcachon jusqu’en 1978. Il a compté également comme établissement annexe la Clinique Notre-Dame située cours Lamarque de Plaisance. Cet établissement était autrefois une maison de famille. Aujourd’hui, ce bâtiment a été rasé et laisse place à une construction résidentielle.
Toute personne possédant des sources historiques ou iconographiques est invitée à les transmettre au secrétariat de direction du Centre Hospitalier d’Arcachon. (Tél. : 05 57 52 90 08).

Aujourd'hui..

Le Centre Hospitalier d'Arcachon est composé de trois établissements : l'hôpital situé Avenue Jean Hameau à La Teste de Buch ainsi que l'EHPAD Larrieu et le Foyer-Logements Eyssartier situés 2 bis Avenue du Général Berdoulat à Arcachon. Inauguré en 1978 par Simone Veil, ministre des Affaires Sociales, allée de l'hôpital à La Teste de Buch, l'hôpital a intégré une construction neuve en mars 2013 dans le cadre du Pôle de Santé d'Arcachon.

Le Pôle de Santé d'Arcachon est un Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) constitué avec la Clinique d'Arcachon en vue de construire un bâtiment neuf abritant le Centre Hospitalier et la Clinique. Chaque établissement garde son identité juridique, ses activités et son mode de fonctionnement propres. Desservant un territoire de santé de 17 communes situées sur le Sud Bassin d'Arcachon et le Nord des Landes, soit 150 000 habitants,

Le Centre Hospitalier d'Arcachon comprend 283 lits et places. Établissement public de santé, le Centre Hospitalier d'Arcachon compte près de 600 salariés dont 70 médecins.

Il est organisé en quatre pôles, un pôle management, ressources et vigilances et trois pôles d’activité médicale :

  • Pôle urgences : Urgences - SMUR - Surveillance continue - Pédiatrie - Laboratoire - Imagerie médicale (radiologie conventionnelle, scanner, IRM*) - Dépôt de sang.
    Une équipe de psychiatrie de liaison du Centre Hospitalier Spécialisé de Charles Perrens, qui intervient sur tout l’établissement, lui est aussi rattachée. *L’IRM est gérée par le Groupement de Coopération Sanitaire IRM Bassin d’Arcachon.
  • Pôle médecine : Médecine interne et gastro-entérologie - Neurologie - Gériatrie court séjour - Consultation mémoire - Consultation d’évaluation gérontologique - Équipe mobile de soins palliatifs - Cardiologie et surveillance continue - Soins de Suite et de Réadaptation.
    Des consultations de nutrition-addictologie (Équipe de Liaison et de Soins en Addictologie, ELSA), de pneumologie et de rhumatologie sont aussi organisées.
  • Pôle chirurgie : Chirurgie générale, digestive, urologique et vasculaire - Chirurgie orthopédique et traumatologique - Gynécologie-obstétrique - Planning familial - Anesthésiologie - Bloc opératoire - Unité de Prise en Charge Ambulatoire - Pharmacie et stérilisation.


 

 

Établissement public de santé, le Centre Hospitalier d’Arcachon compte près de 620 salariés dont 85 médecins et internes.